Les enfants de Peakwood

Quels sont ces étranges maux qui affligent les habitants de Peakwood, petite ville du Montana, USA ? D’où viennent les blessures qui apparaissent sur le corps de certains de ses habitants ? Pourquoi d’autres commencent-ils à agir étrangement ? Seuls Chayton, le médecin de la ville, et son père, vieux chaman au savoir ancestral, savent reconnaître les signes. Le bouleversement qui approche. Quelque chose en lien avec un accident qui n’aurait jamais dû avoir lieu, dix ans plus tôt. Un secret dont ils ont juré de ne jamais reparler? Félicitations, la mort vous offre une seconde chance?

 

Je ne résiste pas à afficher en GRAND la couverture de ce livre car c’est par elle que s’est d’abord porté mon intérêt. Je me suis posée plusieurs questions. Qu’est-il arrivé à ce bus ? Qui sont ces ombres ?

 J’ai parcouru cette lecture sans prêter attention à la 4e de couverture, en me souvenant simplement des « on dit » entendus aux dernières Halliennales. Car oui, ce roman a reçu le prix 2016 du salon les Halliennales, finaliste du Prix des chroniqueurs web 2016 et du Prix des Imaginales des lycéens 2017 !

J’ai ADORE ! J’aime les histoires de huis-clos, maison ou village, qui dérapent dans le fantastique.

J’ai apprécié tout particulièrement l’ambiance que l’auteur a instillé à ce roman. L’intro plonge « in medias res » dans l’action d’un drame innommable, source des péripéties à venir. L’écriture à la troisième personne est vive, sans fioriture et donne dans le vif du sujet. Les premières pages posent le cadre d’une petite ville nommée Peakwood et de ses habitants. On y fait la rencontre des jeunes du lycée, Tom un surdouée en avance sur sa classe, Nora une pompom girl, Kevin capitaine de l’équipe de foot entre autres et les adultes, leurs parents mais aussi Bob, le tenancier d’un restaurant-grill (les meilleurs burgers de la ville), le docteur LittleFeather, un indien quarantenaire ayant aménagé la clinique en loft, Helen, mère de Tom, serveuse au grill et alcoolique par dessus, Jenny, une institutrice rescapée d’un accident qui lui a pris ses jambes, entre autres.

Le cadre posé, je me demandais sans cesse à quel moment le fantastique allait s’immiscer … Ce fut un peu long à démarrer.

Peu à peu, des cicatrices apparaissent et une entité s’installe en ville …

Ce ne fut pas évident pour moi au début de me souvenir de tous ces personnages. Je revenais constamment en arrière pour me rappeler qui est qui. Le souci est que je lis essentiellement dans le métro, à l’aller et au retour, entrecoupé d’une longue journée de challenges épuisants. Bon, au final, ce roman  n’aura fait que quelques jours. Une fois dedans, impossible de lâcher prise.

La manière dont l’histoire est racontée m’a fait penser à un film ou une de ces séries sur Netflix. Quelques fois, j’ai eu la trouille. Faut pas faire joujou avec la Mort !

Je suis vraiment contente de cette lecture et je vais mettre dans ma whislist, le second roman de Rod Marty, La Mère des Eaux (mai 2017), une plongée dans les affres de la maternité et d’une malédiction vaudou, dans l’ambiance oppressante d’une petite ville de Louisiane.

😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s