Les enchantements d’Ambremer

Bonjour à tous ! Vous avez sûrement remarqué que le blog est rarement mis à jour… Je suis toujours à la recherche de mon nouveau rythme de vie. Depuis le 3 août, j’ai un poste assuré jusqu’au 31 décembre et j’espère qu’il sera renouvelé « pour la vie ». J’adore mes activités ainsi que mes collègues. Cette vie me laisse peu de temps à l’écriture ou la lecture. Mais en vrai, c’est une mauvaise fausse excuse puisque je trouve le temps de vagabonder en région lilloise, chanter à la chorale, aller au cinéma…

Alors voici ma petite chronique du Paris des Merveilles, T1 de Pierre Pevel.

Ma première expérience « Pierre Pevel » n’avait pas été concluante. Je pense que cela vient du fait que le genre cape et d’épée n’est pas spécialement mon préféré. (Cf : Les Larmes du Cardinal, dont le premier tome a remporté le David Gemmell Morningstar Award du meilleur premier roman, en 2010.)

.
Mais comme j’estime qu’il faut toujours donner sa chance à un auteur, je n’ai pas été à reculons lorsque j’ai acheté à Trolls et Légendes l’anthologie du même nom. Cette dernière s’ouvre avec une nouvelle dérivée du Paris des Merveilles. C’est à ce jour, le seul texte lu de cette anthologie et un coup de cœur ! Je vous en reparlerai lorsque je ferai la chronique de ce livre.

.
Je ne savais pas que c’était une nouvelle spin off. C’est en me baladant au Furet du Nord de Lille, en apercevant la magnifique couverture de Coliandre et en lisant le 4ème de couverture, que j’ai reconnu le héros de la nouvelle. Dès lors, j’ai eu envie de me laisser aller.

.
Cependant, je ne suis pas une lectrice à la gâchette. J’essaie d’être raisonnable dans mes achats. (Vivement que j’ai un chez moi qui puisse accueillir une plus vaste biblio). Or, le 25 juin, pour fêter deux entretiens professionnels qui m’ont été favorables, j’ai craqué !

Les enchantements d'Ambremer

Paris, au début du XXe  siècle.

Les messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons ; les dames portent des corsets, des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétardent parmi les fiacres le long des Grands Boulevards aux immeubles haussmanniens. Mais ce n’est pas le Paris de la Belle Époque tel que nous l’entendons : la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, des chats-ailés discutent philosophie et une ligne de métro permet de rejoindre le pays des fées.

Occupé à enquêter sur un trafic d’objets enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, se retrouve mêlé à une série de meurtres. Confronté à des gargouilles immortelles et à un puissant sorcier, Griffont n’a d’autre choix que de s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien…

Bienvenue dans le Paris des Merveilles.

Je l’écris HAUT et FORT, j’ai adoré, c’est un coup de cœur !

J’ai apprécié la plume conteuse de l’auteur qui a su m’emmener dans ce Paris des merveilles.  J’y ai fait la rencontre de divers personnages « magiques » comme Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan. Mais aussi d’arbre qui parle, de gnomes, fée cambrioleuse, chats ailés et gargouilles.

Ce que j’ai beaucoup aimé c’est de redécouvrir Paris avec ses monuments et de glisser subrepticement vers la fantasy et de me dire « on est maintenant dans le Paris des Merveilles ». Cette lecture m’a envoûtée, je ne savais jamais à quoi m’attendre et je n’ai pas entraperçu la fin ce qui est agréable. On ne reste pas à Paris, on visite également Ambremer, la capitale des créatures de l’autre monde, il y a de l’action, des surprises, des retournements de situations. Bref, tous les ingrédients pour une lecture inoubliable !

Lors d’une sortie au Furet du Nord de Lille (un piège, cet endroit) après deux mois d’été sans achat de livre, je me suis laissé piéger en achetant le T2. Voyez-vous, c’était le dernier avant ré-approvisionnement et puis surtout, l’aventure qui nous est contée se produit un peu avant la rencontre du héros, Louis Denizart Hippolyte Griffont et d’une certaine Baronne de Saint-Gil. Forcément… De plus, la couverture est une fois de plus ensorcelante. Nous la devons à Coliandre. Merci Adora pour m’en avoir parlé. Son travail d’illustration est superbe !!

Pour finir, je vous mets un paragraphe que j’ai adoré, pour que vous vous rendiez compte du style de la plume de cet auteur.

P.37 : « Un souffle agita la ramure de Balthazar et Griffont se tut par discrétion. Il n’ignorait pas que les arbres savants communiquaient ainsi de par le monde, et que le vent portait des nouvelles de feuillage en feuillage. Il en allait de même des cours d’eau, dont les remous et clapotis parlaient aux rochers, aux rives, aux ondines. L’océan aussi était bavard, à qui savait l’écouter. »

Publicités

2 réflexions sur “Les enchantements d’Ambremer

  1. la couverture est très belle, j’aime beaucoup!!! Ravie que tout ce passe bien pour toi dans ta nouvelle vie 😉

    Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai que la couverture est sympa et tu es tellement enthousiaste que ça donne envie de le découvrir ! Plein plein de bisous ma belle !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s